11/01/2021

|

WeNetwork

L’intrapreneuriat : votre bonne résolution 2021 ?

L’intrapreneuriat : votre bonne résolution 2021 ?

L’intrapreneuriat, ou le fait d’entreprendre au sein de l’entreprise pour laquelle on est employé, est une façon pour les entreprises d’innover par le biais de leurs collaborateurs à l’âme d’entrepreneur. Seul ou à plusieurs, ces collaborateurs intrapreneurs développent un projet en lien avec l’activité de l’entreprise. L’intrapreneuriat est un levier de croissance pour les entreprises avec des investissements très frugaux. Mais c’est surtout un levier de rétention des talents et de transformation digitale des industries.
Chez We Network, nous saisissons ce levier en co-construisant un programme d’intrapreneuriat dédié à la transformation de l’industrie avec l’agence Pulse-On, experte du sujet. Le MorningLive co-organisé le 17 décembre dernier en a posé les bases.

 

L’entrepreneuriat, je connais… Mais c’est quoi l’intrapreneuriat ?

« L’Intrapreneur est un salarié qui gagne la confiance de son employeur pour transformer son idée en un projet concret et rentable au sein ou avec son organisation » selon Pulse-On.

 

Aujourd’hui en France, 6 % des salariés sont considérés comme activement engagés dans leur emploi.

 

Mais 66 % des collaborateurs sont attirés par un grand groupe qui propose un programme d’intrapreneuriat.

 

 

L’intrapreneur se caractérise par ces trois éléments :

 

– La singularité: il est un individu particulier au sein de l‘entreprise et n’a pas été embauché pour sa qualité d’entrepreneur. On parle alors de corporate hacking : quelqu’un qui produit à côté de son travail de collaborateur.

– Le « Pas-de-côté »: en général, l’intrapreneur n’a pas attendu d’obtenir les autorisations pour commencer à réaliser son projet.

– L’engagement: l’intrapreneur est engagé face à lui-même, son manager, ses collaborateurs, mais surtout face à ses clients et utilisateurs.

 

Les intrapreneurs ne sont pas toujours expert d’un domaine, mais ils sont en revanche toujours experts du problème. Ils ont vécu le problème sur le terrain avec les utilisateurs. C’est pour cela que l’intrapreneur a commencé à expérimenter un début de solution.

Les chiffres clés de l’intrapreneuriat

eSelon l’étude Pulse-On de 2016 « Où en êtes-vous de l’intrapreneuriat » qui avait pour cible les dirigeants / Managers / RH, nous savons que :

 

– Un projet traité en intrapreneuriat du PoC à l’industrialisation est 2 à 10 fois moins coûteux qu’un projet « classique »,

– Un projet intrapreneurial débute le plus souvent sans aucun budget, car il n’est pas dans le plan stratégique de l’organisation. L’intrapreneur trouve son budget en cours de route,

– 50 % des projets qui passent en projet intrapreneurial passent en phase d’industrialisation,

– L’intrapreneur embarque, dans les grandes structures, plus de 100 personnes dans son projet et transforme donc l’organisation en interne,

– 47 % des intrapreneurs ne sont pas identifiés (un petit volume, car cela représente 5 % de la masse salariale). Sur ces 47 % d’intrapreneurs non identifiés, 15 % démissionnent et créent leurs start-ups et 32 % s’en vont chez les concurrents.

 

Différents freins sont à relever face à l’intrapreneuriat :

 

– La réticence de la direction à faire confiance pour 21% : elle doit être sponsor du projet pour que cela fonctionne,

– La charge de travail des potentiels intrapreneurs pour 16% : il est nécessaire de libérer du temps à l’intrapreneur pour son projet avec un jour par semaine en moyenne,

– Un management inadapté pour 15% : le manager et les Ressources Humaines doivent suivre le projet pour que le collaborateur ne travaille pas uniquement en temps masqué.

Les défis de l’intrapreneur !

Le premier enjeu de l’intrapreneur est la construction de son équipe. Son équipe sera essentiellement composée :

 

– Un ou des sponsors projet: les sponsors sont constitués de collaborateurs au sein de la direction qui soutiennent le projet en interne,

– Un coach / mentor: une personne ayant déjà vécu l’intrapreneuriat qui guidera le nouvel intrapreneur,

– Une équipe temporaire (CrowdSourcing) : des ressources humaines disponibles au sein de l’organisation qui ont envie de travailler pour ce projet.

 

 

On recense différentes phases essentielles au sein d’un projet d’intrapreneuriat :

 

– La préparation (6 à 10 semaines)

– Le programme (12 à 16 semaines)

– L’atterrissage (4 à 8 semaines)

 

 

 

Découvrez le replay de notre MorningLive du 17 décembre dernier « L’intrapreneuriat peut-il contribuer à la transformation digitale de l’industrie ? »

Intrapreneuriat et industrie : le combo gagnant ? Retours d’expériences

Gérard Legrand de la SNCF a monté un programme d’intrapreneuriat en 2017-2018 au sein de la SNCF Pays de la Loire qui a embarqué 4 projets avec 7 intrapreneurs.

 

« Ce programme est né spontanément d’une discussion entre collègues. Nous étions à la recherche d’un projet qui n’était pas technique et voulions donc trouver de nouvelles idées.

 

C’est de ce constat qu’est né le programme. Dans la continuité, nous avons cherché un sponsor ! Le rendez-vous avec la Direction des Ressources Humaines était pris. La question « combien votre programme coûte ? » arrive mais nous avons répondu 0€, car nous avions seulement besoin de temps.

 

Des ateliers et une charte pour trouver des intrapreneurs au sein de la SNCF Pays de la Loire sont élaborés. Nous nous réunissions autour d’un petit-déjeuner avec des collaborateurs de la SNCF avec des idées pour échanger. Nous nous attendions à voir des chefs de projet mais ce sont des contrôleurs, des travailleurs du Technicentre qui sont venus à ces événements. 4 projets sont nés au sein de ce programme et à ce jour 2 sont partis en production ».

 

Pierre Legendre et Benjamin Loize, fondateurs de Suitee Cobotics : un programme provenant du LAB U GIE IRIS groupement de magasins U.

 

« L’histoire démarre par une idée née dans les drives. Dès le début du drive (Ndlr. Service proposé par la grande distribution pour servir les consommateurs dans leur voiture), deux problématiques sont remontées : celles de la productivité et de la pénibilité car un driver moyen fait 17 km/jour.

Il est décidé de mettre en place, au sein de notre organisation, 2H/semaine pour mener à bien ses idées d’intrapreneuriat. Du temps est libéré et la direction est motrice de cette nouvelle manière d’innover. Cela permettait également pour l’entreprise d’attirer de nouveaux collaborateurs. Il y avait donc des conditions idéales pour mener à bien ses projets : du temps, des moyens et l’aval de la direction.

 

C’est sur ces temps dédiés que nous avons débuté l’élaboration de notre robot et sommes partis en spin-off : nous avons monté notre entreprise en dehors de l’entreprise initiale. Nous n’avons pas gagné de temps mais nous avons gagné un accès au réseau des magasins U. C’est plutôt l’aspect commercial / marketing qui a été facilité et ce sont déjà 2 magasins U équipés par notre solution ».

 

 

Guillaume GRUAU du Groupe GRUAU, projet « Livraison du dernier kilomètre » via le programme Disrupt’ Campus Nantes.

 

« Le groupe Gruau est une entreprise qui a 130 ans. Ce que l’on a recherché à travers ce programme c’est prendre de la hauteur ! Nouvel écosystème, diversité des profils… Les participants au programme étaient jeunes puisque ce sont des étudiants.

 

La problématique sur laquelle nous avons travaillé est celle de la livraison du dernier kilomètre. Comment peut-on livrer ce dernier kilomètre et y apporter de la valeur ajoutée ? Tout ça,  nous l’avons travaillé et ce qui a été convainquant, ce sont les projections / visions tellement différentes de celles que nous aurions pu avoir.

 

Nous avons donc confronté une entreprise vieille de 130 ans à des jeunes qui ont une vision totalement différente.

 

De ce programme, nous en sommes ressortis avec une preuve de concept (PoC), un démonstrateur et une présentation en interne auprès de nos sponsors. Nous avons pu obtenir des rendez-vous avec des prospects commerciaux pour découvrir notre projet»

 

Les projets intrapreneuriats sont nombreux mais ne se ressemblent jamais. Les parcours sont uniques mais ils ont un élément en commun : ils permettent d’accélérer la transformation digitale de votre industrie grâce à vos ressources internes.

Testez en ligne votre maturité intrapreneuriale !

  • Suis-je un game changer ?
  • Je souhaite mesurer l’appétence de mon organisation pour l’intrapreneuriat
  • Je veux challenger mon projet intrapreneurial
  • Je m’interroge sur ma capacité à intraprendre

Avec l’IntraDIAG conçu par Pulse-On.